Les conditions d’accès

Conditions générales

Les candidats aux concours d’accès aux IRA doivent remplir les conditions générales requises pour l’accès aux emplois publics :

–    Posséder la nationalité française ou celle d’un Etat membre de l’Union européenne ou d’un Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen ;
–    Jouir de ses droits civiques ;
–    Ne pas avoir subi de condamnations inscrites au bulletin n° 2 du casier judiciaire et incompatibles avec l’exercice des fonctions ;
–    Se trouver en situation régulière au regard du Code du service national ;
–    Être apte physiquement à l’exercice des fonctions compte tenu des possibilités de compensation du handicap.

Pour les concours d’accès aux IRA, les candidats ne doivent pas appartenir, en qualité de stagiaire ou de titulaire, à l’un des corps au recrutement desquels contribuent les IRA.

Il n’y a aucune limitation au nombre de participations aux concours, ni de condition d’âge.

 

Conditions particulières

Le concours externe s’adresse aux candidats titulaires au minimum d’une licence ou d’un titre ou diplôme classé au moins au niveau 6 (ancienne nomenclature : niveau II), ou d’une qualification reconnue au moins équivalente à l’un de ces titres ou diplômes.

Le concours interne est réservé aux candidats déjà en poste dans l’administration (fonctionnaires ou contractuels), totalisant au moins 4 ans de services publics.

Le troisième concours est ouvert aux candidats ayant une ou plusieurs expériences professionnelles, quelle qu’en soit la nature, d’au moins 5 ans dans le secteur privé ou en tant qu’élu local ou en qualité de responsable, y compris bénévole, d’une association.

Toutes les précisions concernant les conditions générales et particulières sont disponibles dans le Guide des concours d’accès aux IRA, notamment les équivalences de diplôme, les dérogations à la condition de diplôme, à la nature des services publics exigés pour le concours interne et aux périodes d’activité professionnelles requises pour le 3e concours.

Ce guide présente également les conditions dans lesquelles les candidats peuvent, en raison de leur situation de handicap, bénéficier d’aménagements d’épreuves.